Bienvenue sur le blog de l’asso GeBéNouT (prononcé guebénoute)!!

GeBéNouT est une association loi 1901 qui a été créée en Juin 2017. Son but: valoriser les techniques, technologies et savoir-faire ancestraux de tous les peuples du Monde. La finalité est de permettre à l’homme d’être en meilleure harmonie avec lui-même, avec la Terre-Mère et avec tous ses êtres vivants.

Pourquoi?

Depuis des siècles, le modèle capitaliste s’impose (bien souvent par la force) à l’ensemble de l’humanité. Les répercussions de ce modèle sur notre planète et notre santé sont dévastatrices. On ne vous apprend rien.

Or, une grande majorité des traditions ancestrales des peuples du Monde ramène l’Homme vers des valeurs essentielles, de protection de la planète, de bien être physique, mental et spirituel.

GeBéNouT souhaite contribuer à la reconnexion de l’homme avec ses traditions ancestrales. Les traditions, ayant été éprouvée par nos ancêtres depuis des millénaires, n’ont plus à être prouvées. Elles deviennent leur propre terreau dans lequel, elles peuvent continuer à croitre et à s’améliorer. Alors réapproprions les nous!

GeB…é…NouT?                               

En fait, dans l’antiquité Egyptienne Pharaonique, Geb représente la divinité de la Terre et Nout la divinité du Ciel.

La genèse de la création du monde, selon les égyptiens de l’antiquité, raconte que le créateur Atoum, qui s’est engendré lui même dans le Noun (sorte de soupe obscure contenant toutes les potentialité) a d’abord engendré le couple Shou (le garçon) et Tefnout (la fille). Shou est la  divinité de l’air, de l’atmosphère et du souffle vital et Tefnout est la divinité de  l’humidité, de l’eau et du pouvoir créateur.

A leur tour, Shou et Tefnout vont donner naissance à un garçon Geb et à une fille Nout. Mais Geb et Nout sont follement amoureux et décident de rester collés serrés. Heureusement, que leur père Shou (divinité de l’Air) est intervenu pour les décoller sinon le Ciel nous serait resté sur la tête.

Voilà, pour la petite histoire de GeBéNouT.

Rejoins nous sur les réseaux