Nous sommes en plein cœur du pays Lobi, plus précisément à Loropéni au Sud Ouest du Burkina Faso pas loin de la frontière avec le Ghana. Nous nous tenons devant un énorme mur fait de pierres et de terre de 6m de haut. Mais voir cette merveille classée au patrimoine mondiale de l’UNESCO depuis 2009 se mérite.

 

Nous avons parcouru près de 6km sous un soleil de plomb après que notre taxi brousse ait crevé et que le chauffeur ait constaté que la roue de secours était elle aussi HS. Nou té lé pati an avanti é ben mi avanti-a. (Nous avons voulu partir à l’aventure, non?!! Eh bien, nous avons été très copieusement servies.)

Quid du bouchon du réservoir d’essence (JDC JDR)

Il s’agit d’un imposant mur d’enceinte délimitant un espace rectangulaire de 105mx106m de long. Le mur a été construit avec des blocs de latérite (roche riche à 40% de fer) reliés entre eux par de l’argile. La partie visible du mur fait 6m de haut. Sa base est épaisse d’environ 1,4m, son épaisseur diminue jusqu’au sommet. Le sommet du mur est réalisé avec un muret en argile de 1m de haut.

Cet ouvrage fait en fait partie d’un ensemble de plus d’une centaine de fortifications qui ont existé dans la région. Même si la nature a repris ces droits, c’est celui qui a le mieux résisté, depuis que le site ait été définitivement abandonné au début du 19ème siècle.

Beaucoup de mystères planent sur ces ruines car jusqu’à maintenant on ne sait pas quand et par qui a été construit ces édifices. Les populations actuelles ont découvert ce mur d’enceinte au 17ème siècle, à leur arrivée. Des datations (au carbone 14) ont été réalisées et ont révélés qui il y a eu plusieurs occupations différentes et la plus ancienne jusqu’à ce jour remonterait au 11ème siècle de notre ère.

Le pourquoi est quant à lui tout aussi mystérieux. « Pour se protéger des bêtes sauvages », nous dit notre guide. Hum hum! On a vraiment du mal à croire que des hommes d’une telle intelligence auraient construit cette œuvre d’art juste pour les beaux yeux de compère léopard… La thèse la plus probable nous semble être la défense contre des attaques armées, puisque la zone a connu une intense exploitation de mines d’or, surtout entre les 14ème et 17ème siècles par les peuples Lohron ou Koulango.

L’intérieur de l’enceinte comprend deux compartiments délimités par un aussi haut mur que le mur extérieur. Les archéologues burkinabé, ivoiriens et français ont découvert qu’il existait une dense et complexe occupation à l’intérieur car les fouilles ont révélé de nombreuses pièces et chambres.


Ce qu’il y a de plus troublant c’est qu’aucune porte d’accès pour l’intérieur de l’enceinte n’a été découverte jusqu’à présent. Le mystère reste entier!!

Une campagne de fouilles est en cours depuis 2015 et se poursuit jusqu’en 2018. Le site des ruines de Loropéni a encore beaucoup de secrets à nous livrer. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :